Transfusion triggers in cardiac surgery: Where do we go from here?

2019-05-21T11:48:09Z (GMT) by Nishith N. Patel Gavin J. Murphy
Defining the appropriate indications for the transfusion of allogenic red cells is an area of intense study. Cardiac surgery utilizes a significant proportion (over 6%) of all red cells transfused in the United Kingdom1 where demographic changes have reduced donor pools; it is also expensive. Indeed, the total societal cost for a single unit of red cells is estimated to be well over 600 CAD.2 In a patient who is bleeding profusely following surgery, the indication for red cell transfusion is clear. In this setting, red cell transfusion helps to maintain oxygen delivery and reverse the oxygen supply-demand imbalance. Nevertheless, in the anemic patient who is not actively bleeding, the risks and benefits of this costly intervention remain uncertain. Définir les bonnes indications d’une transfusion de globules rouges allogéniques constitue un domaine d’études intensif. La chirurgie cardiaque utilise un pourcentage significatif (plus de 6 %) de tous les globules rouges transfusés au Royaume-Uni1 où les caractéristiques démographiques ont réduit le nombre potentiel de donneurs; les transfusions sont également dispendieuses. De fait, le coût total d’une unité de globules rouges est estimé à plus de 600 dollars canadiens.2 L’indication d’une transfusion de globules rouges est évidente chez un patient qui saigne abondamment après une chirurgie. Dans ce cas, la transfusion de globules rouges aide à maintenir l’apport d’oxygène et à combler le déséquilibre de la demande en oxygène. Néanmoins, chez un patient anémique ne présentant pas d’hémorragie active, les risques et avantages de cette intervention coûteuse restent mal établis.